Constat d’accident : pièges et astuces

Constat d'accident

Constat d’accident pourquoi ? Une petite faute de conduite, une seconde d’inattention et c’est l’accident ! La plupart du temps, il n’y a heureusement que des dégâts matériels ! Mais que votre véhicule soit le seul impliqué ou qu’il s’agisse d’un accident en chaîne, vous n’allez pas y couper, vous allez devoir remplir un constat avant de déclarer l’accident à votre assureur.

Ce n’est pas une obligation légale mais dans la pratique, c’est un document essentiel pour les assureurs. En effet, le constat constitue pour eux une base de règlement des sinistres en leur permettant de recueillir les informations importantes sur les circonstances de l’accident et ensuite de déterminer la part de responsabilité des différents automobilistes impliqués.

Remplir un constat, c’est donc le meilleur moyen de recevoir une indemnisation rapide et adaptée. Mais pour cela, encore faut il bien le remplir.

Alors voici quelques conseils pour vous faciliter la vie et éviter les erreurs.

Constat d’accident : Quelques conseils généraux pour le remplir

Soyez prévoyant en ayant toujours quelques exemplaires du formulaire de constat amiable dans votre véhicule. Pour éviter de faire des erreurs sous le coup de la panique provoquée par l’accident, pré remplissez vos constats pour les informations vous concernant du type nom, adresse… Remplissez le constat au stylo bille pour que le carbone fonctionne.

Si plusieurs automobilistes sont impliqués, vous devez remplir un constat avec chacun d’entre eux.

Si vous sentez que cela risque de mal se passer avec l’autre automobiliste impliqué, essayez de trouver des témoins. Un témoignage, pour être retenu doit émaner d’une personne impartiale. Le témoignage de votre passager ne sera d’aucune utilité.

Faites très attention en réalisant le croquis et en remplissant les croix du questionnaire. Vous risquez de vous voir attribuer à tort la responsabilité de l’accident.

Si vous préférez vous arranger à l’amiable avec l’autre automobiliste et ne pas faire jouer votre assurance, il est bien sûr inutile de remplir un constat. Vous pouvez avoir intérêt à faire ce choix si les dégâts ne sont pas très importants. Cela vous évitera de perdre votre coefficient de bonus ou de voir augmenter votre malus. Faites tout de même attention car s’il y a des dégâts non apparents, cela peut finir par vous coûter très cher.

Comparez les meilleures assurances Auto 2022

Le coeur du constat d’accident d’assurance auto : le recto

Le recto du constat est la partie la plus importante du constat puisque c’est sur la base des éléments qui y sont recensés que les assureurs détermineront la part de responsabilité des automobilistes accidentés.

Comment bien le remplir ?

Le recto du constat va rassembler les informations sur les circonstances de l’accident. Cette partie doit être remplie par les deux automobilistes impliqués.

L’idéal, pour éviter les erreurs est de la remplir sur les lieux mêmes de l’accident. Chaque automobiliste choisit une colonne (A ou B) et la remplit selon ses convictions. Vous devez aussi réaliser un croquis représentant la scène de l’accident. Faites très attention à être précis : position des véhicules, partie de la chaussée, sens de circulation, nom des rues …..C’est important car un croquis raté peut vous faire endosser une part de responsabilité injustifiée. Ensuite, cochez les croix correspondantes aux circonstances de l’accident.

N’oubliez pas de reporter le nombre total de croix cochées. Là encore, soyez vigilants : une mauvais croix cochée, et vous endossez la responsabilité de l’accident. Vous devez enfin indiquer la nature des dégâts et inscrire vos observations. C’est ici qu’il faut mentionner un éventuel désaccord ou des circonstances un peu particulières.

Le recto du constat doit enfin être signé par les deux automobilistes. Les ratures sont interdites alors soyez attentifs, car une fois que le constat est signé, vous ne pouvez pas revenir sur les informations données, sauf erreur importante reconnue par les deux automobilistes. Donc si vous vous apercevez d’une erreur, la seule solution pour la corriger, c’est de vous accorder avec l’autre automobiliste pour rédiger un nouvel exemplaire.

Si l’autre automobiliste est récalcitrant

Le constat n’est pas obligatoire, un automobiliste n’est donc jamais tenu de le remplir. Si le co-accidenté refuse de remplir le constat, cela ne vous empêche pas de le remplir pour la partie vous concernant et de l’envoyer à votre assureur en mentionnant ce refus. Vous pouvez aussi essayer de rassembler des infos sur cet automobiliste, voire même de relever son numéro d’immatriculation.

Obtenir des témoignages sur les circonstances de l’accident peut aussi s’avérer très utile. Attention, pour être retenus, les témoins doivent être impartiaux et donc ne pas avoir de liens avec vous.

Si vous n’êtes pas d’accord entre vous, inutile d’en venir aux mains. Ce sont vos assureurs respectifs qui s’arrangeront avec les divergences de vues. Vous pouvez là aussi chercher des témoins qui accréditeront votre version.

Si l’automobiliste s’enfuit

Vous allez cette fois encore remplir seul votre constat en indiquant les circonstances de l’accident à votre assureur. Essayez aussi de trouver des témoins et de relever le numéro d’immatriculation du véhicule. Attention, la fuite de l’automobiliste ne signifie pas toujours « délit de fuite » qui est une infraction pénalement sanctionnée. Pour que ce délit soit constitué, l’automobiliste ne doit pas s’être arrêté du tout. Si c’est le cas, vous avez la possibilité de déposer une plainte contre le fuyard. Son identification sera facilitée si vous avez eu la présence d’esprit et le temps de relever son numéro d’immatriculation.

Le verso : les renseignements complémentaires

Cette page va vous permettre de transmettre des informations complémentaires à votre assureur.

Elles ne seront pas utilisées pour déterminer les parts de responsabilité de chacun, inutile donc de vous étendre sur l’attitude irresponsable de l’autre automobiliste, ou sur sa désobligeance.

Vous allez remplir cette partie seul, au calme. Vous pouvez donc prendre le temps et le faire chez vous. Vous pouvez faire part à votre assureur de vos réflexions, relater les circonstances de l’accident, mais en cas de contradiction avec les informations figurant au recto, ce sont ces dernières qui seront retenues. Vous devez surtout noter toutes les autres informations utiles à votre assureur comme, par exemple, les coordonnées du garage où a été transporté votre véhicule.

Sources:https://www.empruntis.com/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.